L'EAU POTABLE

Le chlore

 

Le chlore, principal responsable du mauvais goût de l'eau du robinet. 

 

Une fois l’eau pré-filtrée dans les usines de potabilisation, ce composé chimique assure la désinfection de l’eau. 

Le chlore détruit les micro-organismes (bactéries, agents pathogènes, virus…) et agit durant tout le voyage de l’eau dans les canalisations de distribution. . 

 

Tout comme le chlore, les métaux lourds (plomb,  zinc...) sont aussi responsables de l’odeur et du goût de l'eau.

Bien que l'eau du robinet soit potable, il n’est pas toujours évident de la boire. Nous savons aujourd’hui que le chlore modifie le goût des aliments cuisinés. 

Prendre plaisir à boire de l'eau du robinet n’est pas impossible, de nombreuses solutions de traitement existent. 

Les bromates

 

La présence de bromates dans l’eau potable est habituellement imputable au traitement de l’eau, plutôt qu’à

sa présence dans l’eau à la source.

 

De façon générale, tous les approvisionnements d’eau potable passent par l’étape de la désinfection.

Lorsqu’elle a lieu, une concentration résiduelle appropriée de désinfectant doit être maintenue en tout temps d’un bout à l’autre du réseau de distribution. 

Le désinfectant le plus couramment utilisé pour les désinfections primaire et secondaire est le chlore, et l’hypochlorite en est la forme la plus commune.

La présence de bromates dans l’eau potable peut être associée:

- à la réaction entre le bromure naturellement présent dans l’eau d’alimentation et l’ozone (Haag et Hoigné, 1983),

- à sa formation pendant la production de solutions d’hypochlorite utilisées pour désinfecter l’eau (Bolyard et coll., 1992)

- lorsque le dioxyde de chlore est photolysé en présence de l’ion bromure (Gordon et Emmert, 1996)

- ou pendant la chloration d’eau contenant du bromure en présence de cuivre (Liu et coll., 2012, 2013).

 

À l’heure actuelle, les éléments probants font supposer que l’ozonation de l’eau contenant du bromure et l’emploi des solutions d’hypochlorite sont les principales sources d’exposition aux bromates dans l’eau potable. 

 

L’osmose inverse reste la seule technique accessible aux foyers pour assurer l’élimination des bromates dans l’eau

du robinet.

Les pesticides

 

L'eau potable contient des résidus et des traces de molécules chimiques qui réduisent sa qualité. 

 

C'est le cas du Chlordécone, de l’Atrazine ou du Lindane, utilisés dans la culture de la banane pour lutter contre le charançon du bananier et autres parasites.

Avec le ruissellement, ces produits chimiques s’infiltrent dans les sols et se retrouvent dans les eaux souterraines (nappes phréatiques) et superficielles (sources, rivières, mares,  etc.). 

 

Certains pesticides, comme l’Atrazine ou le Chlordécone, ont été interdits par l'Union européenne en raison de leur impact négatif sur la santé. Toutefois, ils restent bien présents dans certains sites de captage et de traitement d’eau aux Antilles.

Le Chlordécone : un pesticide dangereux dans l’eau

 

Le chlordécone (commercialisé sous les noms de Kepone aux USA, Mirex dans les pays anglophones, ou Képone et Curlone en France) est un insecticide organochloré toxique, écotoxique et persistant.

 

Le chlordécone est connu pour avoir été utilisé pour la culture de la banane aux Antilles. Et ce, malgré son interdiction en France depuis 1990.

Il a aussi été utilisé pour de nombreuses autres cultures, dont celle du tabac, d'arbustes ornementaux ou d’agrumes, et dans les pièges à fourmis et à cafards. 

 

Très dangereux, incolore et peu soluble dans l’eau, sa disparition totale sera longue et les menaces sur la santé humaine perdurent.

Fort heureusement, Il existe des solutions pour supprimer les traces d’Atrazine, de Chlordécone de Lindane et bénéficier d’une eau du robinet plus pure.

 

HOMME VERRE EAU SLOGAN.jpg